Tacite et les morts des tourbières

Le crâne d'Osterby

Le 1er mars 2011, au Musée archéologique de Bolzano (Italie), débutera une grande exposition pour fêter les vingt ans de la découverte d’un corps humain congelé et déshydraté dans l’Ötztal, lieu qui allait donner au défunt le sobriquet sous lequel il a acquis une célébrité mondiale : Ötzi. Cet événement, appelé Ötzi²º, forme de sensationnalisme archéologique, est pour nous l’occasion d’évoquer d’autres morts remontés des profondeurs de l’Antiquité, remarquablement conservés dans les tourbières du nord de l’Europe, et qui illustrent pour certains les propos de l’historien romain Tacite.
Lire la suite →

Pavanes et javas dans la Faculté des lettres de Lille

Aux premiers jours du mois de septembre 2010, des déménageurs chargèrent leurs camions des derniers reliefs du passé « lillois » de l’université Lille 3 pour les emporter à Villeneuve d’Ascq. Deux services qui dépendent de l’université, la Formation continue et l’atelier national des thèses, ont quitté les bâtiments de la rue Angellier à Lille pour rejoindre − trente-six ans plus tard − le campus Pont-de-Bois de Lille 3 où la Faculté des lettres avait pris ses quartiers en 1974. Avec ce départ, c’est un chapitre de l’histoire de la Faculté des lettres de Lille qui se clôt définitivement. Ce billet est pour nous l’occasion d’évoquer le roman d’Hubert Nyssen, Pavanes et javas sur la tombe d’un professeur, paru en 2004 dans la maison dont il est le créateur (Actes sud). Une partie de l’intrigue, en effet, est censée se dérouler dans l’ancienne Faculté des lettres de Lille.

Lire la suite →

Homerus dicitur caecus fuisse

Contrairement à l’idée répandue, Homère n’est pas aveugle dans toutes les traditions qui se rapportent à lui. Parfois, il le devient au cours de sa vie. Et là, toutes les explications se valent : il tombe malade, raconte la Vita herodotea, ou il est aveuglé par l’épiphanie d’Achille, dans la Vita Romana. Pourtant, c’est cette image du poète qui reste ancrée dans notre imaginaire. Des sculpteurs antiques, mais aussi des peintres, tels Ingres et son Homère déifié, exposé au Louvre, ont fixé cette représentation, qui, finalement, a été vidée de son sens. Pourquoi, donc, prétendre que ce poète dont nous ignorons même s’il a vécu était aveugle ?

Lire la suite →