Les sels du Nord dans l’Antiquité

Présentation de la Journée d’études du 26 novembre 2013 à Lille 3.

La multiplication des fouilles archéologiques et les découvertes réalisées par les chercheurs permettent de comprendre plus précisément la chaîne opératoire et de dégager des spécificités de production du sel dans la région du Nord. Pour en faire état, le centre de recherches Halma-Ipel consacre une journée d’études aux sels du Nord, le 26 novembre 2013. Ce billet présente la problématique et le programme de cette journée organisée par Christine Hoët-van Cauwenberghe (Halma-Ipel), Armelle Masse (CG62) et Gilles Prilaux (Inrap).

Indispensable sel depuis la plus haute Antiquité

Sels du Nord
Sels du Nord

L’histoire du sel est étroitement liée à l’expansion des grandes civilisations. De l’Égypte à la Chine, de l’Afrique noire à l’Amérique précolombienne, le sel constituait, pour le peuple qui le contrôlait, un des garants du pouvoir et de la stabilité d’une nation.

Le sel est par excellence l’élément de conservation indispensable pour les aliments, en particulier la viande, le poisson, mais il entre aussi dans les conserves de poissons, les sauces comme le fameux garum, que le célèbre cuisinier Apicius utilisait dans la plupart de ses recettes etc. Il est un condiment indissociable de la cuisine, moderne mais aussi antique, période durant laquelle la cuisine telle qu’on la pratique aujourd’hui a vu le jour.

En outre, on retrouve le sel dans de nombreux domaines comme le tannage des cuirs. De ce fait, l’armée romaine qui a de gros besoins en cuir, en particulier pour l’équipement des soldats (tentes, cuirasses, chaussures…) génère une intense activité où le sel tient une place déterminante.

Cette journée d’études propose d’étudier les caractères différents du sel (natif ou produit par l’homme) dans l’Antiquité, qui variaient selon les pays d’origine et les techniques de préparation : couleur, aspect, degré de sécheresse et de solubilité, goût.

Les sources littéraires nous offrent de précieuses informations et des pistes de réflexion. En effet, tout comme aujourd’hui, les Anciens appréciaient le sel blanc, sec, friable et piquant qui se prêtait mieux aux besoins de la cuisine et de la médecine. Pline l’Ancien (2e moitié du Ier siècle après J.-C.) indique que les hommes ne peuvent vivre sans sel pour des raisons de santé, car c’est un élément nécessaire à leur existence, mais aussi dans leur pratique religieuse car son importance revêtait aussi un caractère divin : les Romains ne faisaient aucune offrande à leurs dieux sans qu’y figurât de la farine salée, mola salsa.

Le sel dans le Nord de la Gaule

Reconstitution d’un four à sel à Samara (80) © D. Bossut, Inrap.
Reconstitution d’un four à sel à Samara (80) © D. Bossut, Inrap.

En France, les témoignages les plus anciens liés à la production de sel, à Gouhenans (Haute-Saône), se placent dans des contextes datés du Ve millénaire avant J.-C. Le procédé consistait alors à verser des saumures (eaux saturées en sel) directement sur des foyers afin d’en extraire du sel cristallisé mais aussi des cendres salées. Cette technique avait été décrite par Pline l’Ancien pour caractériser une pratique des Celtes. La technique a évolué jusqu’à la mise en place de véritables ateliers de production de sel, sur la façade littorale nord et atlantique, à la période gauloise.

Des ateliers ont été découverts très loin des côtes : ZAC d’Actiparc, à Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras. Il est intéressant d’étudier les structures sociopolitiques dans lesquels il s’insère. Il est important également de faire des comparaisons avec d’autres sites récemment fouillés comme celui de la ferme gauloise de Campagne (Oise), découverte dans le cadre des travaux de percement du canal Seine-Nord Europe. Cette fouille a révélé des indices importants de la production de pains de sel sur un site distant de plus de 130 km de la Manche.

La multiplication des fouilles archéologiques et les découvertes réalisées par les chercheurs sur ce sujet permettent de comprendre plus précisément la chaîne opératoire et de dégager des spécificités de production dans notre région.

Programme de la journée d’études

09h00

  • Accueil des participants
  • Ouverture par Didier Devauchelle, Stéphane Benoist, directeurs d’Halma-Ipel
    Présentation du programme « Regards croisés sur le sel » par Christine Hoët-Van Cauwenberghe, Armelle Masse, Gilles Prilaux

Introduction

09h30

  • Gilles Prilaux (Inrap), Christine Hoët-van Cauwenberghe (Univ. Lille 3), Armelle Masse (CG62)
    « Le sel du débat : bilan et nouvelles perspectives de la recherche sur le sel dans le Nord de la Gaule »

Archéologie des ateliers de sauniers du Nord de la Gaule : un riche potentiel historique

11h00

  • Frédéric Lemaire (Inrap)
    « L’exceptionnel établissement augustéen de Conchil-le-Temple (62) »
  • Gilles Prilaux (Inrap, Halma-Ipel), Alain Jacques (Ville d’Arras)
    « La ferme gauloise de Pont-Rémy (80) et de la résidence aristocratique de Saint-Laurent-Blangy (62) »
  • Laurent Duvette, Stéphane Gaudefroy (Inrap)
    Les petits fours de Croixrault (80) « L’Aérodrome ».
    « Une production marginale de sel dans un établissement agricole de La Tène D ? »

14h00

  • Sabrina Sarrazin (Inrap)
    « Des témoignages de production de sel au sein de l’établissement laténien de Campagne (60) »
  • Caroline Gutierrez, Grégory Huvelle, Agnès Lacalmontie (Communauté d’Agglomération du Douaisis)
    « Indices de consommation de sel sur le site laténien de Brebières « Les Béliers » (62) »
  • Wim De Clercq (Univ. Gand)
    « La Production et la distribution du sel dans le Nord de la cité des Ménapiens au courant du Haut-Empire »

Comparaison et ouverture

16h00

  • Cyrille Chaidron (Arkéocéra)
    « Retour d’expérience sur la reconstitution d’un four à sel »
  • Didier Devauchelle (Lille 3, Halma-Ipel)
    « Sel et natron en Égypte pharaonique »

17h30

  • Discussions prospectives

Informations pratiques

Journée d’études « Les sels du Nord »
Salle des Colloques – Maison de la Recherche
Université Lille 3
Mardi 26 novembre 2013

Site d’Halma-Ipel : http://halma-ipel.recherche.univ-lille3.fr
Télécharger le programme (pdf)

La fouille de Gouy-Saint-André © CG62
La fouille de Gouy-Saint-André © CG62
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on RedditDigg thisBuffer this page

Lire aussi sur Insula :

Citer ce billet

Christine Hoët-Van Cauwenberghe, « Les sels du Nord dans l’Antiquité », Insula [En ligne], ISSN 2427-8297, mis en ligne le 30 octobre 2013. URL : <https://insula.univ-lille3.fr/2013/10/les-sels-du-nord-antiquite/>. Consulté le 17 October 2017.